C’est moi qui commence

Je dois dire que je suis quelqu’un d’assez cartésien et ne crois que ce je que vois. Néanmoins, avec le recul, je trouve que les événements, qui se sont enchainés entre la fin de mon adolescence et le début de ma vie d’adulte, ont de quoi poser question.

C’est après avoir raté ma cinquième année en secondaire (ou seconde pour mes amis français) que je me suis retrouvé dans une autre école que celle que j’avais fréquenté les 5 premières années. J’ai très vite fait la connaissance de deux élèves qui venaient de commencer à apprendre un instrument.

De mon côté, cela faisait déjà plus de 13 ans que je pratiquais le piano et mon envie de créer de la musique commençait à prendre le pas sur l’étude des compositeurs classiques habituels.

Le contact est tout de suite passé et j’ai été accepté dans le groupe en tant que claviériste où nous jouions à cette époque des reprises et deux compositions que mes deux compères avaient déjà écrites.

De fils en aiguilles, après plusieurs concerts, mon papa nous a proposé de financer l’enregistrement de notre première démo, qui a d’ailleurs cette année, 21 ans.

Là est né une nouvelle passion, la technique son et de nouveau, merci Papa et Bonne-Maman, un nouveau financement m’a été proposé pour créer mon propre studio. Ce dernier nous a permis d’enregistrer d’autres démos qui ont engendré de nouveaux concerts.

C’est à un de ces concerts que j’ai rentré mon épouse et que ma soeur a rencontré son compagnon.

Voilà pourquoi je parlais de l’importance du groupe dans nos vies respectives lors de l’écriture du premier article de ce blog et j’estime avoir été très chanceux dans l’enchainement de ces différentes périodes.

Dans un prochain article, je parlerai d’une photo qui me plait particulièrement et du moment où elle a été prise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code